Jean-Jean Roosevelt en route vers une nouvelle direction

Jean-Jean Roosevelt en route vers une nouvelle direction

Radio Orbite

Par André Fouad

« Ma direction » est le titre du dernier opus du chanteur guitariste Jean Jean Roosevelt, sorti à la fin de l’année 2015 en Europe et en Haïti, et produit par la compagnie sénégalaise Prince Arts avec le soutien de l’Organisation internationale de la francophoniev(OIF).
Le CD réunit treize (13) pièces, dont: « Parole », « Victimes », « L’île de Gorée », « J’ai à cœur ma planète » (videoclipée), « Triste réalité » , « Rasanble », « Ding deng dong », enregistrées entre le Sénégal (Prince Arts studio Dakar), Montréal (Hublot Studio) et Haïti (Poppy recording studio). Il entre dans la mouvance worldbeat très en vogue avec des sonorités afrocaribéennes très prononcées.
Du début à la fin, les vibrations des percussions aux côtés des chorus nous rappellent les grosses pointures de la musique africaine, en l’occurence Alpha Blondy, Papa Wemba, Omou Sangare, Ismael Lo et, plus près de nous, Youssou N’dour et la Béninoise Angélique Kidjo, ambassadrice de l’Unicef.
Les thèmes abordés par Jean Jean Roosevelt englobent en fait l’universalité : réchauffement climatique, problèmes d’immigration (Victimes track #4), violence, problèmes sociopolitiques et économiques (Triste réalité track #10). Le natif de Jérémie opte avec fierté et une certaine passion pour la langue de Voltaire pour la transmission de ces messages de paix, d’amour, d’espoir et de vivre¬ ensemble.
Cependant, la quasi¬totalité des textes nous paraissent légers, simplistes. La poésie des grands jours n’y est pas. Il aurait pu faire mieux en faisant appel à nos paroliers (Syto Cavé, Pedro Renato, Michel-Ange Bazile, Jn Claude Martineau, Ralph Boncy….). Ce qui fait vraiment défaut, à notre avis, à cette œuvre qui devrait marquer un tournant décisif dans sa carrière musicale après avoir remporté la 7e édition des Jeux de la francophonie.
« Sois Beethoven de ton piano
sois Picasso de ton tableau.
sois ton héros »
(« Ma direction » track #2)
En écoutant « Ma direction », on se sent perdu dans quelques pièces
Ce n’est plus le Jérémien qu’on a connu à ses débuts. Il semble s’éloigner de sa touche originale, de sa propre identité. Un artistemusicien peut toujours s’aventurer dans le circuit de la worldbeat tout en restant soi¬même. D’ailleurs, Angélique Kidjo nous l’a prouvé et même Boukman Eksperyans, nominé aux Grammy Awards en 1992 avec son premier « Vodou Adjae » (Island Records).
En somme, le talent de l’auteur des hits « Agoye » et « Donnez le monde aux femmes » reste indéniable dans le milieu musical de chez nous. Cependant, il doit se ressaisir, se fixer afin de trouver de vrais compositeurs qui pourraient donner forme et couleur à ses messages planétaires.

Source : Le Nouvelliste

Leave a comment

Search

Back to Top